Association Nationale des Villes et Pays d’Art et d’Histoire et des Villes à Secteur Sauvegardé et Protégé

Vue générale de Figeac © Nelly Blaya Place Albertas © Aix en Provence © Bouanani Olivier / service patrimoine / photothèque Ville de Cahors La Halle Bayonne© Ville de Bayonne

Recherche

Navigation

par thèmes

par chantiers

par labels

suivre la vie du site

Rochefort

PNG - 46.4 ko
Rochefort

Ville d’art et d’histoire (1987)
ZPPAUP (2005, 715,7 hectares)
Secteur sauvegardé (en cours)
27 544 Rochefortais
2 195 hectares

Signée en 1987, la convention Ville d’art et d’histoire unissant la ville de Rochefort au Ministère de la Culture a constitué un moment fort de la politique engagée depuis les années 70 dans des actions de réhabilitation du patrimoine et de reconquête de son image.

JPEG - 129.3 ko
Vue aérienne © Ville de Rochefort

L’histoire en bref

Au début du XVII e siècle, Rochefort est une petite seigneurie entourée de marais au bord de la Charente. En 1666, Louis XIV décide sur les conseils de Colbert d’y créer un arsenal maritime qui s’étale le long du fleuve. Simultanément, une ville nouvelle sort de terre : les rues rectilignes délimitent des îlots occupés progressivement par les habitations d’une population croissante. En 1689, l’intendant Bégon édicte un règlement d’urbanisme visant à l’amélioration de l’habitat et de l’hygiène : les habitants sont contraints d’élever des maisons en pierre à un ou deux étages. Cet ensemble, encore lisible aujourd’hui, donne à la ville sa physionomie actuelle. Ce mouvement d’embellissement de la ville se prolonge au milieu XVIII e siècle par l’édification de puits, de fontaines, du théâtre et d’hôtels particuliers pour les officiers de Marine. L’arrivée du chemin de fer, le creusement de nouveaux bassins pour le port et la construction du Pont Transbordeur en 1900 amorcent le désenclavement de la ville. Malgré des efforts de modernisation, l’arsenal ferme en 1927, coup rude à la prospérité de la ville. Après 1930, l’aéronautique navale relance progressivement l’économie freinée par les destructions allemandes. Le sauvetage de la Corderie royale marque le début du renouveau de la ville et d’un vaste programme de revitalisation et de réhabilitation du patrimoine existant. Aujourd’hui la ZPPAUP préserve l’unité d’ensemble du patrimoine bâti qui fait la richesse et la spécificité de la ville. Un secteur sauvegardé sur 137 hect est en cours de préparation. Ici, tout concourt à rappeler la vocation maritime de la cité : le conservatoire du Bégonia, plante nommée en l’honneur de l’intendant Bégon, l’ancienne école de médecine navale, première du genre créée en 1722, la maison de Pierre Loti, l’écrivain voyageur et l’arsenal maritime réhabilité à partir des années 1980 : en flânant dans le Jardin des Retours, vous y découvrirez la Corderie royale, le chantier de reconstruction de la frégate Hermione, et bien d’autres traces de cette histoire tournée vers le large.

JPEG - 55.5 ko
La corderie royale © Ville de Rochefort

Ville pôle du Pays Rochefortais, Rochefort continue avec enthousiasme ce travail de reconquête du patrimoine et se porte candidate avec l’ensemble des communes du Pays à une inscription de ce territoire au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Projet urbain

JPEG - 98.8 ko
Place Colbert et la fontaine © Ville de Rochefort

Ville d’art et d’histoire : 1987 ZPPAUP : 2005 Secteur sauvegardé : Périmètre validé par la commission nationale des secteurs sauvegardés en juillet 2009 C’est dans les années 1970 que Rochefort entreprend de se tourner vers son patrimoine pour trouver les ressorts d’un nouvel élan économique. Depuis cette époque, la démarche patrimoniale de la ville n’a cessé d’évoluer et de prendre de l’ampleur, en franchissant différentes étapes qui visent à protéger et à mettre en valeur un patrimoine architectural devenu un élément de référence, sans toutefois muséifier le centre historique. Quelques dates clefs jalonnent la politique patrimoniale de la ville :

  • 1974. Signature du contrat ville moyenne qui donne le coup d’envoi de la réappropriation du site de l’arsenal et du chantier de restauration de la corderie royale.
  • 1977. Mise en place d’une charte architecturale qui concrétise la prise de conscience de la valeur patrimoniale de la ville comme ensemble urbain.
  • 1987. Obtention du label « ville d’art et d’histoire », par lequel la ville s’engage à mettre en valeur son patrimoine architectural et urbain, à travers une série d’actions.
  • 1999. Lancement de la candidature qui vise à obtenir de l’UNESCO l’inscription du territoire de l’arsenal maritime au patrimoine mondial.
  • 2005. Création d’une zone de patrimoine architectural urbain et paysager (ZPPAUP) sur le territoire de la commune de Rochefort.
  • 2007. Demande d’inscription d’un secteur sauvegardé.

Grâce à toutes ces actions, patrimoine et tourisme constituent aujourd’hui l’un des leviers économiques qui font bouger la ville et sont devenus le symbole d’une véritable reconquête urbaine. Dans cette optique, la ville joue la carte de la réappropriation au détriment de la destruction et du remplacement, ce qui permet de maîtriser la densification urbaine.

Outils de protection et de gestion du patrimoine

JPEG - 84.7 ko
L’Hôtel Hèbre de Saint-Clément © Yves Ronzier/Ville de Rochefort
  • Médiation
  • Expositions, signalétique, ateliers, visites, conférences
  • Formation
  • Artisans, architectes, élus Depuis le 15 décembre 2006, l’équipement CIAP installé à l’hôtel Hèbre de Saint-Clément est l’outil de compréhension, de questionnement et de discussion sur la ville et son évolution. Le Centre d’Interprétation de l’Architecture et du Patrimoine rassemble deux expositions indissociables car complémentaires :
  • l’exposition permanente « la ville en question » située au 1er étage : elle propose une lecture de l’espace urbain et aide à la perception de ses mutations,
  • l’exposition temporaire au rez-de-chaussée : présentant l’actualité du patrimoine ; elle souhaite sensibiliser aux enjeux de l’évolution du territoire et alimente le débat sur la ville et le patrimoine.

La mise en place de cet outil a permis plus généralement de développer une politique d’expositions, de conférences, de visites et de rencontres qui positionne le service comme un lieu de diffusion de la culture architecturale et urbaine. Il joue un rôle de sensibilisation pour donner à voir et à comprendre le cadre de vie, cherche à multiplier les échanges entre architectes, élus, habitants pour être en prise direct avec les enjeux du devenir de la ville. Pour construire une culture architecturale, il convient de diversifier les approches, croiser les points de vue, montrer les œuvres de référence internationale, promouvoir l’architecture d’ici et d’ailleurs, animer le débat. C’est l’ambition que se donne le CIAP. La ZPPAUP a été créée par arrêté du préfet de Région le 9 mai 2005. La zone définie est plus affinée, plus cohérente et divisée en plusieurs secteurs : Centre ancien/ Faubourgs/ remparts/ Arsenal centre/ arsenal sud/ entrée de ville nord/ quartier de la gare/ marais péri-urbains ; chacun présentant des caractéristiques propres.

Outils de valorisation et animation de l’architecture et du patrimoine

JPEG - 139.3 ko
Place Colbert © Ville de Rochefort

Le service du patrimoine conçoit des actions de médiation du patrimoine architectural, urbain ou paysager auprès de la population locale, du public jeune et des touristes.

Avec les guides-conférenciers, l’équipe engage des actions afin de :

  • de sensibiliser les habitants à la richesse et à l’originalité de leur cadre de vie : zooms, CIAP et expositions temporaires, noctambulations, balades contées, journées du patrimoine,
  • de présenter au public jeune les spécificités de la ville par son service éducatif : visites, ateliers du patrimoine, création d’outils pédagogiques, activités ludiques...,
  • de créer la rencontre entre la création d’artistes et le patrimoine pour renouveler les regards : journées du patrimoine, noctambulations, balades contées,
  • de permettre la découverte de la ville et de ses environs en conciliant la chaleur de l’accueil et la qualité scientifique du savoir, programme des visites-découvertes d’avril à novembre
  • d’apporter aux visiteurs les clés de compréhension de la ville : CIAP (Centre d’Interprétation de l’Architecture et du Patrimoine), publications et expositions temporaires,de favoriser l’accueil des touristes : édition d’un guide de découverte (Rochefort le guide chez Monum), passeport touristique (carte sésame), visites-découvertes...

Projets

JPEG - 85 ko
Noctambulations (Kiosque du square Parat) © Ville de Rochefort
  • restructuration et rénovation du théâtre de la Coupe d’Or (1852, théâtre à l’italienne)
  • requalification de l’ancien Magasin aux Vivres (XVIIe s.)
  • démarrage d’une réflexion sur la rénovation de la Maison de l’écrivain Pierre Loti (1850 – 1923)

Maire : Hervé BLANCHET

BP 60030
17 301 ROCHEFORT CEDEX

Tél : 05 46 82 65 47
mairie ville-rochefort.fr
www.ville-rochefort.fr

Animatrice de l’architecture et du patrimoine : Florence DUBOIS
florence.dubois ville-rochefort.fr

 

Haut de la page