Association Nationale des Villes et Pays d’Art et d’Histoire et des Villes à Secteur Sauvegardé et Protégé

Vue générale de Figeac © Nelly Blaya Place Albertas © Aix en Provence © Bouanani Olivier / service patrimoine / photothèque Ville de Cahors La Halle Bayonne© Ville de Bayonne

Recherche

Navigation

par thèmes

par chantiers

par labels

Agenda

Rencontres en régions

Événements du réseau

suivre la vie du site

Figeac

Le secteur sauvegardé de Figeac doit poursuivre sa restauration avec le même niveau de rigueur et d’exigence qui fut le sien ces dernières années : attentif à la qualité des logements créés, à la nécessité d’accompagner la vie sociale et l’attractivité de la cité et en nourrissant une connaissance et une mise en valeur du patrimoine bâti de la ville qui n’est pas achevée.

JPEG - 72.4 ko
Maison n°24 rue Caviale © Gilles Tordjeman - Ville de Figeac

Fiche d’identité

JPEG - 66.5 ko
Vue générale de Figeac © Nelly Blaya - Ville de Figeac

Ville : Figeac
Département : Midi-Pyrénées
Population : 10 800 habitants
Date de création du secteur sauvegardé : Le 11 mars 1986
Date d’approbation du secteur sauvegardé : Le 03 décembre 1999
Surface du secteur sauvegardé par rapport à la surface de la commune en % : 1,05%
Surface de la commune : 35,16 km2
Surface du secteur sauvegardé : 0,337 km2
"Figeac a engagé depuis la fin des années 1970 une politique de valorisation de son patrimoine architectural. Nourrissant un projet global de valorisation du centre ville, la restauration de Figeac a été opérée à partir de 1986 dans le cadre d’un secteur sauvegardé. Engagée dans une démarche d’appropriation de son patrimoine par les habitants, Figeac bénéficie depuis 1990 du label Ville d’art et d’histoire."

Architecture, urbanisme et patrimoine (évolution architecturale, urbaine et historique de la ville) :

Figeac présente un cadre architectural d’une profonde harmonie, mêlant malgré leurs différences les caractéristiques d’édifices civils témoins des onze siècles d’histoire de la ville. Aujourd’hui, Figeac reflète l’évolution de la demeure française du XIIe au XIXe siècle, plongeant le visiteur dans la vie quotidienne de chacune de ces époques.

Marquée par sa situation à la rencontre de l’Aquitaine et du Massif central, Figeac s’est développée à partir du IXe siècle autour d’une abbaye bénédictine qui fut durant deux siècles le principal acteur du développement du territoire. Du XIIe au XIVe, la ville est surtout marquée par son activité marchande et voit ses grandes familles bourgeoises commercer, rayonner puis s’implanter dans les grandes places d’échange d’Europe et de la Méditerranée.

Cette époque est l’âge d’or architectural de la ville. Durant deux siècles, la ville se dote de nombreuses demeures aux façades sculptées, témoins de la fortune de leurs propriétaires et du passage du style roman au style gothique dans l’architecture civile du Midi de la France.

Au-delà de sa personnalité emblématique, Jean-François Champollion (1790-1832), auquel un musée dédié à l’histoire des écritures du Monde rend hommage dans sa maison natale, au-delà de ses monuments les plus connus (abbatiale Saint-Sauveur XIe-XIVe siècle, église Notre-Dame-du-Puy XIIIe-XVIIe siècle, hôtel dit de la Monnaie XIIIe siècle…), Figeac est avant tout une ville ordinaire au décor extraordinaire où les apports homogènes et harmonieux du passé nourrissent la qualité du cadre de vie contemporain.

Objectifs du PSMV :

Actuellement, la ville de Figeac incorpore cette démarche qualitative dans une perspective de développement durable aux niveaux social, urbain, patrimonial et économique. Les objectifs primordiaux de cet outil sont l’amélioration du cadre de vie des habitants et la mise en valeur du patrimoine (moteur de développement local) à travers la conservation du caractère particulier du cadre urbain (monumental ou pas), la requalification des logements et la réhabilitation du centre ancien grâce à la mise en œuvre d’une dynamique culturelle et touristique au sein de la ville.

JPEG - 67.9 ko
Plan de sauvegarde et de mise en valeur de Figeac (1986) © Nelly Blaya - Ville de Figeac d’après dessin Alexandre Mélissinos et Gilles Séraphin

Présentation du secteur sauvegarde

Le secteur sauvegardé au moment de sa création :

  • insalubrité
  • rejet
  • potentiel
    JPEG - 70.2 ko
    Cadastre napoléonien de Figeac (1833) © Nelly Blaya - Ville de Figeac

Le secteur sauvegardé aujourd’hui :

  • redécouverte
  • réappropriation
  • poursuivre
    JPEG - 76.9 ko
    Rue Emile Zola © Nelly Blaya - Ville de Figeac

Les réussites et limites

Habitat / logement

La restauration du secteur sauvegardé a permis d’accroître de manière sensible les logements rénovés et confortables en centre historique (près de 2000 logements réhabilités). Néanmoins, une part substantielle du patrimoine bâti de la ville reste à traiter (estimé à 1/4 des édifices de la ville). De plus, les interventions en secteur sauvegardé doivent suivre une évolution des normes architecturales et de confort en constante évolution.

JPEG - 61.8 ko
Toitures de Figeac © Nelly Blaya - Ville de Figeac

Espace public

La politique du secteur sauvegardé a permis de mettre en place une logique architecturale et urbaine de traitement des espaces publics. Les opérations conduites depuis 20 ans en centre historique permettent aujourd’hui d’apprécier des espaces publics cohérents. Néanmoins, une part significative de ces espaces - dont certains particulièrement structurants - attendent toujours leur mise en valeur.

Attractivité économique
Les effets du secteur sauvegardé sur la dynamisation du commerce local et la professionnalisation des acteurs de la restauration du bâti a été très positif.

JPEG - 95.3 ko
Rue piétonne en secteur sauvegardé : la rue Gambetta © Gilles Tordjeman - Ville de Figeac

Protection et mise en valeur du patrimoine
La création du secteur sauvegardé de la ville a permis de révéler la qualité d’un patrimoine architectural largement ignoré avant les années 1970. Cette redécouverte a fait renouer Figeac avec son identité de ville historique, alors que la restauration des maisons médiévales de la ville a révélé la période la plus prestigieuse de son histoire. Le bilan en terme de conservation du patrimoine architectural est donc très positif, alors que l’étude du bâti ancien se poursuit au gré des nouveaux chantiers.

JPEG - 82.9 ko
Façades de la place Champollion © Gilles Tordjeman - Ville de Figeac

Transports et mobilité dans la ville
La mise en valeur du centre historique a permis de limiter la pression automobile dans la ville, par le développement progressif des espaces réservés aux piétons. Cette logique a été renforcée par la création de parkings périphériques et la mise en place de navettes bus gratuites. Néanmoins, la présence des véhicules motorisés reste marquante dans la ville.

Moteur pour la politique culturelle
La politique de secteur sauvegardé a accompagné la création d’équipements culturels structurants pour la ville (Musée Champollion - Les Ecritures du Monde, centre d’interprétation de l’architecture et du patrimoine) qui reste à poursuivre.

JPEG - 52.8 ko
Centre d’interprétation de l’architecture et du patrimoine de Figeac © Priscilla Malagutti - Ville de Figeac

Tourisme
La mise en valeur du patrimoine bâti du centre historique de Figeac a permis de faire de la cité une ville historique et touristique au fort rayonnement. Les labels Ville d’art et d’histoire et Grand site de Midi-Pyrénées témoignent avec force de ce tournant essentiel pour l’économie et l’ouverture de la ville ces dernières décennies, même si la ville doit rejeter la tentation de se positionner comme ville musée et d’envisager le tourisme comme une logique commerciale faisant peu à peu table rase des usages urbains traditionnels.

JPEG - 59.8 ko
Marché hebdomadaire place Carnot © Nelly Blaya - Ville de Figeac

Téléchargez le dossier de presse de l’exposition "24, rue Caviale" qui a lieu du 26.6.12 au 31.10.12

 

Haut de la page