Association Nationale des Villes et Pays d’Art et d’Histoire et des Villes à Secteur Sauvegardé et Protégé

Vue générale de Figeac © Nelly Blaya Place Albertas © Aix en Provence © Bouanani Olivier / service patrimoine / photothèque Ville de Cahors La Halle Bayonne© Ville de Bayonne
Accueil du site > Villes et territoires > Centre > Beaulieu-lès-Loches

Recherche

Navigation

par thèmes

par chantiers

par labels

suivre la vie du site

Beaulieu-lès-Loches

PNG - 46.2 ko
Beaulieu-les-Loches

Beaulieu-lès-Loches est située à 40 km au sud-est de Tours et fait partie du Pays Touraine Côté Sud. Son territoire s’étend sur seulement 388 hectares et sa population est de 1720 habitants. Située sur la rive droite de l’Indre, la ville n’est distante que d’un kilomètre du centre de Loches. Une quasi continuité du bâti s’est développée le long de la route qui relie les deux communes et traverse le val inondable de l’Indre.

JPEG - 73.7 ko
Vue générale © ville de Beaulieu-les-Loches

…Un peu d’histoire Le potentiel touristique est immense car la ville a un riche passé historique et de nombreux édifices ou monuments classés.
La commune occupe une étroite bande d’éboulis calcaires qui s’étend entre un plateau boisé et la vallée de l’Indre. Sa fondation peut être fixée à 1007, alors que le Comte d’Anjou, Foulques Nerra, inaugure l’église, future abbaye bénédictine de la Sainte-Trinité.

JPEG - 54.2 ko
Mise en lumière de l’Église abbatiale de l’Abbaye de la Sainte Trinité © Ville de Beaulieu-les-Loches

Grâce aux privilèges accordés à l’abbaye, qui dépend directement du roi et du pape, la population augmente rapidement. Au début du 13e siècle trois paroisses dont créées : Saint-Pierre, Saint-Laurent et Saint-André. Ces paroisses subsistent jusqu’à la révolution. Malgré les ravages de la guerre de Cent ans et les pillages des guerres de religion, l’activité agricole et artisanale se maintient au cours des siècles suivants, surtout dans le domaine de la culture maraîchère, la fabrication et le commerce des draps. Pendant la Révolution les paroisses sont supprimées et leurs églises vendues comme biens nationaux. Seule subsiste alors l’église abbatiale, désignée sous le vocable « Saint-Pierre et Saint-Paul » qu’elle a conservé à ce jour. Au 19e siècle, le commerce des draps disparaît progressivement, remplacé par le travail du cuir qui occasionne la création de nombreuses tanneries. La culture des champignons de couche fait son apparition en 1860 et perdure jusqu’à 1970.

JPEG - 107.9 ko
Bâtiment conventuel (Hôtel de Ville). Construction datant du XVIIIème siècle © Ville de Beaulieu-les-Loches

La prise de conscience de la valeur du patrimoine et la volonté de le restaurer ne datent que du 20e siècle.

JPEG - 114.3 ko
Tour Chevaleau, construction de la Fin du XIIIe siècle © Ville de Beaulieu-les-loches

La ville compte une vingtaine d’édifices ou de sites classés dont 12 monuments historiques protégés :

JPEG - 102.3 ko
La villa Saint-Pierre, élévée au XIXe siècle sur l’emplacement de l’église Saint-Pierre, une des trois paroisses de Beaulieu © Ville de Beaulieu-les-Loches
JPEG - 97.7 ko
Bâtiment du XIè et XVè siècles car c’est en 1007 que Foulques Nerra décida de fonder sur ses terres une abbaye bénédictine et c’est en 1412 qu’elle fut reconstruite en gothique flamboyant après l’incendie provoqué par les Anglais © Ville de Beaulieu-les-Loches

Ancienne abbaye de la Trinité, ancienne maladrerie, ancienne église Saint-Laurent, bâtiment dit Maison des Templiers, Cromlech de la Croix Bonnin (mégalithe), deux maisons du 16e siècle, église abbatiale Saint-Pierre et Saint-Paul, maison dite du Pilori ou de la justice, maison dite du Prieur, maison du 15e siècle, Tour Chevaleau mais aussi les grandes caves du 11e siècle en tuffeau, les remparts avec tours d’angle des 14e et 15e siècles, le logis dit d’Agnès Sorel du 15e, la maison du grenier à sel de la fin du 12e, l’ancien relais de poste des 15e et 16e siècles, les fenêtres géminées faisant partie du couvent des Viantaises, les anciennes boutiques d’artisans de la seconde moitié du 15e siècle, l’hôtel Suzor du 17e, l’ancienne abbaye bénédictine devenue aujourd’hui l’hôtel de Ville du 18e siècle et bien d’autres

JPEG - 88.9 ko
Maison du Pilori ou de la justice (XVe siècle) : façade caractéristique de l’évolution architecturale de la ville © Ville de Beaulieu-les-Loches

Mais aussi le jardin des Viantaises, la promenade le long du canal construit par les moines, les anciens lavoirs, le moulin de l’Aumônier ou les loges de vignes. Sans oublier la flânerie dans les rues de Beaulieu, -aux noms souvent évocateurs comme la rue frotte bottes ou la rue chaude- qui permet de découvrir de surprenants logis, des détails d’architecture, de somptueux murs, émouvants témoins de la richesse de la ville.

JPEG - 94.6 ko
Carroir des Templiers réhabilité récemment © Ville de Beaulieu-les-Loches

Le centre historique de Beaulieu-lès-Loches, comme décrit ci-dessus, est constitué d’un bâti ancien de grande qualité, généralement implanté en ordre continu le long des rues, d’une hauteur relativement constante et présentant des caractéristiques architectoniques relativement homogènes quelle que soit l’époque de construction de ces bâtiments.

JPEG - 96.3 ko
Église Saint-Laurent : Des trois églises paroissiales de la ville, c’est la seule qui ait conservé son intégralité. Son édification résulte de constructions successives s’échelonnant du XIe au XVIe siècle © Ville de Beaulieu-les-loches

La grande qualité de ce bâti, la qualité de son inscription dans l’environnement urbain et paysager, notamment la vallée et les canaux ou les fronts de coteaux percés de caves, sont les raisons essentielles de la nécessité de le préserver et de le mettre en valeur.

JPEG - 91.2 ko
Chapelle Sainte-Barbe : Elle a été fondée en 1475 par le Curé de la paroisse Saint-André, Jean de Cignory © Ville de Beaulieu-les-Loches

C’est la raison pour laquelle la municipalité actuelle a décidé de définir une Zone de Protection du Patrimoine Architectural, Urbain et Paysager- ZPPAUP- pour maintenir l’équilibre existant tout en permettant une adaptation du bâti aux conditions de vie actuelles.

JPEG - 96.4 ko
La Léproserie, bâtiment du XIIème siècle où était reclus les lépreux qui ne pouvaient pas venir en ville © Ville de Beaulieu-les-Loches

Porteur du projet : Sophie Métadier, Maire, et Michelle Cournarie, 1ère Adjointe

Mairie
Place du Maréchal Leclerc
37600 Beaulieu-lès-Loches
Tél : 02 47 91 94 94
mairie.beaulieu37 wanadoo.fr
www.beaulieulesloches.eu
Responsable local du projet : Michelle Cournarie _ mbgcournarie wanadoo.fr

 

Haut de la page