Association Nationale des Villes et Pays d’Art et d’Histoire et des Villes à Secteur Sauvegardé et Protégé

Vue générale de Figeac © Nelly Blaya Place Albertas © Aix en Provence © Bouanani Olivier / service patrimoine / photothèque Ville de Cahors La Halle Bayonne© Ville de Bayonne
Accueil du site > Villes et territoires > Midi-Pyrénées > Vallées d’Aure et du Louron

Recherche

Navigation

par thèmes

par chantiers

par labels

Agenda

Rencontres en régions

Événements du réseau

suivre la vie du site

Vallées d’Aure et du Louron

PNG - 46.4 ko
Vallées d’Aure et du Louron

Pays d’art et d’histoire (2008)
47 communes
7 500 habitants
686 km²

Situées en plein cœur de la chaîne des Pyrénées, en périphérie du Parc National, et à la frontière avec l’Espagne, les vallées d’Aure et du Louron (Hautes-Pyrénées) comptent 48 communes dont Arreau (ZPPAUP), la capitale historique de ce territoire, et ne regroupent pas plus de 8 000 habitants. Aujourd’hui, ces vallées ont gardé une authenticité très marquée à la fois dans les paysages, dans l’architecture, caractéristique du milieu montagnard, et dans les savoir-faire séculiers.

JPEG - 54.3 ko
Fond de la vallée du Louron © PAH des vallées d’Aure et du Louron

L’histoire en bref

JPEG - 67 ko
Vallée du louron vue de St-Calixte © PAH des vallées d’Aure et du Louron

Un premier peuplement de chasseurs arrive dans les vallées d’Aure et du Louron au Paléolithique Moyen, avant d’être saisonnièrement explorée par les premiers agro-pasteurs pour des pâturages, alors très extensifs et itinérants, au Néolithique Ancien. Les vallées ont profité dès l’époque gallo-romaine du rayonnement de Lugdunum Convenarum (Saint-Bertrand-de-Comminges), une cité proche et prospère qui sera bientôt l’avant-poste de la chrétienté pour la montagne. La vallée d’Aure était traversée par une voie antique, la Ténarèze, qui permettait de traverser les Pyrénées centrales depuis l’Aquitaine vers les plaines de l’Ebre en Espagne. Au Moyen Age, il y eut de nombreux échanges avec l’Aragon et le Piémont. La frontière espagnole devint alors un lieu de passage très fréquenté : passages de pèlerins, marchands, mais également contrebandiers, bandits, etc. Des traités de commerce et de bon voisinage (les « Lies et passeries ») règlementaient l’utilisation des pâturages de montagne et les relations commerciales entre les 2 versants. Même en temps de guerre, ces relations n’étaient pas altérées. A partir du XVIe siècle, les échanges s’intensifièrent : la riche Espagne (époque des conquistadors) achète des denrées aux vallées françaises (draps, laine, cuir, fromage, etc.). Les vallées françaises bénéficient de cette richesse et l’économie locale devient plus prospère. Les communautés villageoises en profitent pour agrandir et embellir leurs églises. Des bourgs manufacturiers émergent, ainsi qu’une petite bourgeoisie rurale aux XVIIe-XVIIIe siècles, comme en témoigne l’architecture quasi-urbaine de cette époque. Le XIXe siècle a été une période très importante avec l’apogée de la démographie dans les vallées, au cœur d’une société agropastorale qui vit en autarcie. De plus, les avancées technologiques de ce siècle ont profité aux vallées, avec de gros chantiers en cours : la Route Thermale n°1 reliant Bagnères-de-Bigorre à Bagnères-de-Luchon ; le Chemin de fer qui arrive jusqu’à Arreau ; la construction de barrages hydrauliques... Puis au XXe siècle, après la Grande Guerre, des chantiers hydroélectriques voient le jour au fond des vallées d’Aure et du Louron. Dans les années 1950, Saint-Lary joue la carte du tourisme, suivie quelques années plus tard (dans les années 1970) par le Louron, afin de remédier à la désertification de ces vallées, au moment où la démographie est à son plus bas.

La politique patrimoniale et ses outils

JPEG - 71.2 ko
Rue pavée à Grailhen (vallée d’Aure) © PAH des vallées d’Aure et du Louron
  • Label Pays d’art et d’histoire depuis janvier 2008 . Programme d’animations tout au long de l’année : visites guidées, balades architecturales, expositions, conférences, ateliers pédagogiques, etc.
  • Arreau : ZPPAUP depuis 1995 et OMPCA (Opération de Modernisation du Pôle Commercial et Artisanal) qui vise à améliorer et à valoriser l’espace urbain pour redynamiser l’attractivité commerciale du centre historique, tout en respectant la réglementation de la ZPPAUP.
  • Inventaires réalisés par la DRAC sur les 3 cantons (Arreau, Bordères-Louron et Vielle-Aure) dès les années 1990, qui ont débouché sur l’édition des « Indicateurs du Patrimoine »
  • Campagne de restauration des églises de la vallée du Louron entre 1997 et 2003
  • 11 édifices classés Monuments Historiques
  • 16 édifices inscrits Monuments Historiques
  • Patrimoine Mondial de l’UNESCO : l’église Saint-Laurent de Jézeau est classée dans le cadre du classement des Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle

Président : Robert Marquié

Structure porteuse : Syndicat Mixte des vallées d’Aure et du Louron
Château de Ségure
65240 ARREAU
Tél/Fax : 05 62 98 42 46
contact patrimoine-aure-louron.fr
www.patrimoine-aure-louron.fr

Référents :
Elu : Robert Marquié
Professionnel :
Laurence Bougant, animatrice de l’Architecture et du Patrimoine
pah.aurelouron gmail.com

 

Haut de la page